Notre langue française est belle, et ses soi-disant difficultés font tout son charme. Quelle plus grande fierté que de créer un texte respectant toutes les subtilités de notre langage ?  Malgré les évolutions de notre société, que ce soient  ses nouveaux moyens de communication ou ses tentatives plus ou moins achevées de réforme de l’orthographe, le combat pour conserver le socle de notre langue n’est pas vain. Il permettra de perpétrer un acquis qui a traversé et traversera le temps.

 

C’est pourquoi j’ai décidé de créer « la plume gauloise », faisant ainsi référence à l’histoire de notre langue, avec pour objectif de transmettre ce respect du beau texte.

 

L’ultime test avant de me lancer fut pour moi le passage de la « certification Voltaire », classé N°1 de la remise à niveau en orthographe. La finalité était d’obtenir le niveau expert, en signant un score supérieur à 900 sur 1000. L’obtention de la note de 965 a fini de me persuader de la crédibilité de mon projet, et m’a définitivement convaincu de passer à l’étape suivante, en l’occurrence partager cet amour de la belle phrase et de la qualité de l’écrit.

 

Je vous invite donc à découvrir l’ensemble de mes prestations de correction et de création, et je vous attends pour de futures collaborations.

 

Billet du jour

Vendredi 9 Mars 2018.

On écrit « fond » pour désigner la partie la plus basse, la plus éloignée d’une chose ou, au figuré, la partie plus importante, la plus intime d’une chose :

les pyjamas sont rangés au fond de la valise, aller au fond des choses, le fond de l’air est frais, fouiller la maison de fond en comble, le fond du problème, etc.

S’il s’agit en revanche d’un capital, au propre (argent, bien immobilier, investissement financier) ou au figuré, c’est « fonds » qu’il faut écrire, avec un « s » au singulier comme au pluriel :

un fonds de commerce, un fonds d’investissement, etc.

 

Merci à Sandrine Campese de m'avoir autorisé l'accès à ses dessins.

Comment définir le métier d’écrivain public ?

 

D’après les descriptifs officiels, l’écrivain public est un professionnel de la communication écrite entre individus ou entre personnes et administrations. L’écrivain public répond aux demandes d’aide à la rédaction.

 

Un écrivain public, avant tout, aime la langue française. Il est en mesure de prouver sa maîtrise de  l’orthographe, de la grammaire, de la syntaxe et de la typographie. Il aime exprimer par des mots les attentes de son interlocuteur.

 

Mais l’écrivain public doit aussi posséder des capacités d’écoute et d’analyse, grâce auxquelles il pourra s’exprimer en respectant scrupuleusement les désidératas de celui ou celle qui fait appel à ses talents.

 

Pour résumer, après avoir découvert et encadré les attentes de son client, il deviendra sa plume et lui permettra de transmettre le message souhaité.

 

Actualités


C'est fait! Formation CNED d'écrivain public terminée. Deux mois d'efforts, des cours passionnants, dix devoirs très  diversifiés et enrichissants, avec une moyenne générale finale de 16,3. De plus en plus conforté dans ma démarche d'écrivain public.


Je vous invite à découvrir mes quizz sur différents thèmes sur le site suivant. Amusez-vous à tester vos connaissances !!!